À notre sujet

La région du Golfe

Cliquez ici pour une carte de la région du Golfe

Voir la description de l'image ci-dessous

La région du Golfe

La région du Golfe inclut les eaux du sud du Golfe Saint-Laurent le long de la côte est du Nouveau-Brunswick (N.-B.), et de la côte de la Nouvelle-Écosse (N.-É.) bordée par le détroit de Northumberland et de l'ouest du Cap Breton ainsi que les eaux entourant l'Île-du-Prince-Édouard (I.-P.-É.). Le sud du Golfe Saint-Laurent recouvre une surface de 240 000 km2. Un littoral de 7 000 km enveloppe la région.

Les bureaux de secteur sont situés à Tracadie, N.-B., Antigonish, N.-É. et Charlottetown, I.-P.-É. Le siège social régional est à Moncton, N.-B.

Soixante-quinze pourcent de la main d'œuvre de la région du Golfe est bilingue, au service de 70 communautés de langue officielle en situation minoritaire. De plus, 14 Premières Nations ont un accès de pêche au sud du golfe du St-Laurent. La région du Golfe est déterminée à favoriser des relations positives avec elles et à les appuyer dans leurs intérêts envers la pêche et d'autres activités maritimes.

De nombreuses plantes et animaux vivent dans les eaux de la région du Golfe. La zostère, une plante sous-marine, joue un très grand rôle dans la biodiversité du sud du golfe du Saint-Laurent. De nombreux mammifères marins, tels que le rorqual commun, le phoque gris et le dauphin à flancs blanc y vivent. La pêche récréative de plusieurs espèces, notamment le saumon de l'Atlantique, le bar rayé et l'éperlan, est pratiquée dans la région.

L’une des zones maritimes les plus productives au Canada

La région du Golfe représente moins de 1 % des eaux canadiennes, mais rapporte 15 % de la valeur totale des prises pour la pêche commerciale au Canada.

En 2015, 10 057 pêcheurs ont capturé 86 400 tonnes de poissons et de crustacés. Ce sont 19 617 tonnes de crabe des neiges, 23 472 tonnes de hareng et 27 067 tonnes de homard qui ont été capturés, ce qui en font les espèces les plus pêchées de la région du Golfe.

La même année, les débarquements de pêche commerciale ont rapporté pour un total d’environ 470 millions $, dont 9 millions $ provenaient de la pêche au hareng (2 %), 17 millions $ de la pêche aux crevettes (4 %), 119 millions $ de la pêche au crabe des neiges (26 %), 285 millions $ de la pêche au homard (63 %) et un dernier 21 millions $ de la pêche d’autres espèces (5 %).

En 2013, l’industrie de l’aquaculture de l’Î.-P.-É. a produit 22 894 tonnes de moules pour une valeur de 30,3 millions $. C’est 80 % de toute la production canadienne de moules.

Un accent sur les sciences

Le tiers du personnel de la région du Golfe est dédié à la science. Certains scientifiques font de la recherche sur les maladies des animaux aquatiques vivants dans la seule installation de bioconfinement certifiée de niveau 3 au Canada. D’autres mènent des campagnes d’évaluation des stocks et font de la recherche sur les espèces pêchées, alors que leurs collègues étudient les mollusques, l’aquaculture, les zones de protection marines, les espèces envahissantes et les espèces en péril.

La région compte plus de 120 quais

Plus de 3 800 bateaux sont inscrits à un des quais de la région, incluant le plus grand quai pour la pêche côtière au Canada, situé à Escuminac au N.-B.

Le quai de Richibucto au N.-B. est un merveilleux exemple de collaboration. Il sert trois cultures de pêche distinctes : les communautés autochtones, acadiennes et anglophones de la région.

Conformité et application de la loi

Environ 90 agents de pêche travaillent sur le terrain, dont six sont affectés au Service national de renseignements sur les pêches. Les activités des agents sur le terrain, dans les airs et en mer vont de patrouilles au grand jour jusqu’aux opérations d’infiltration.